Les banques n'auraient pas respecté le plafonnement des frais pour les clients fragiles



Jeudi 24 Octobre 2019
Olivier Sancerre

Les banques n'auraient pas tenu leurs engagements vis à vis des clients les plus fragiles, accusent 60 Millions de consommateurs et l’Union nationale des associations familiales qui ont organisé des tests. Le bilan est « accablant ».


Engagement pendant la crise des « gilets jaunes »

En décembre dernier, alors que le pays était plongé dans la crise sociale des « gilets jaunes », les banques ont pris l'engagement de limiter à 25 euros par mois les frais d'incidents bancaires pour leurs clients les plus fragiles. Mais un test réalisé par 60 Millions de consommateurs et l’Union nationale des associations familiales avec 104 clients en situation financière difficile montre que l'engagement n'aurait pas été respecté. « Le plafonnement n’est pas mis en place pour l’immense majorité des clients noyés sous les frais pour incidents », selon le magazine pour qui le bilan est tout simplement « accablant ».

Cette centaine de clients (interdits bancaires, surendettés ou cible de frais d'incidents bancaires élevés) ont pris rendez-vous avec leur conseiller bancaire afin de trouver une solution. Or, les résultats n'ont pas été au rendez-vous. 9% des clients n'ont obtenu aucune proposition de solution. 27% ont bénéficié d'un remboursement partiel de leurs frais bancaires (en moyenne, 92 euros). Mais « 78 % des interdits bancaires et des surendettés ne bénéficient d’aucun plafonnement alors que ces personnes devraient automatiquement y avoir droit ».

Les banques sur la sellette

91% clients dont les revenus sont de 1 000 à 1 800 euros et qui ont des frais d'incidents bancaires de plus de 40 euros par mois depuis trois mois n'ont pas non plus obtenu le plafonnement promis. Ce bilan ne reflète pas la réalité, selon la Fédération bancaire française, pour qui « 3,4 millions de clients fragiles financièrement, tels que définis par la loi, bénéficient d’un plafonnement mensuel de leurs frais d’incidents ». Par ailleurs, « plus d’un million de personnes fragiles financièrement, qui ont connu des incidents de paiements, [ont vu] leurs frais d’incidents réduits au 1er semestre 2019 ».

Le gouvernement indique de son côté que les contrôles vont se poursuivre. Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État à l'Économie, a précisé qu'un point sera réalisé en fin d'année. Et des suites seront envisagées si les banques ne respectent pas les engagements pris.



Tags : banques

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 27 Février 2020 - 15:41 Banques en ligne : l'adoption va bon train






Les classes moyennes, principales gagnantes des mesures socio-fiscales en 2020

06/02/2020

Faire reculer le sans-abrisme : les pistes ne manquent pas

30/01/2020

Electricité : une forte augmentation prévue le 1er février 2020

23/01/2020

Inégalités économiques : les femmes en ligne de mire

23/01/2020

Forfait post-stationnement : le Défenseur des droits dénonce des « défaillances »

16/01/2020

Livret A : la baisse est confirmée

16/01/2020

Existe-t-il un risque de pénurie de billets dans les distributeurs ?

15/01/2020

Immobilier : une activité dynamique et des hausses des prix qui s'accélèrent en 2019

09/01/2020