La taxe foncière la moins élevée est à Paris



Jeudi 19 Août 2021
Olivier Sancerre

En matière d'imposition locale, la logique n'est parfois pas apparente, et la taxe foncière ne fait pas exception à la règle. Cet impôt, dont le calcul s'appuie sur une base obsolète, revient ainsi moins cher à Paris qu'ailleurs en France.


Un impôt plus cher dans les villes moyennes

Même si le prix du mètre carré est plus élevé à Paris qu'ailleurs en France, c'est pourtant dans la capitale que la taxe foncière est la moins chère. Selon une étude de Meilleurstaux.com relayée par BFM Immo, l'impôt revient à 745 € par an, alors qu'elle se monte à 1.533 € à Montpellier, ville où la taxe est la plus élevée. L'étude se base sur l'exemple-type d'un couple avec deux enfants qui achète un logement de 70 mètres carrés. En dehors de Paris, il vaut mieux habiter à Lille (867 €) ou Lyon (892 €) plutôt qu'à Angers (1.495 €) ou Bordeaux (1.491 €).

En moyenne, la taxe foncière (sur laquelle les fiscalités locales se reposent toujours plus suite à la suppression de la taxe d'habitation) revient à 1.220 € par an, soit 101 € par mois. Un chiffre en augmentation constante : il était de 92 € en 2018 et de 98 € en 2020. Une des raisons pour lesquelles la taxe foncière est mins élevée à Paris, c'est la présence d'entreprises qui y sont plus nombreuses. Mais cela n'explique pas toutes les disparités dans les montants.

Révision générale des valeurs locatives cadastrales

Le calcul de la taxe foncière repose sur des données considérées comme obsolètes : le fisc s'appuie en effet sur la valeur locative théorique du bien immobilier, une valeur elle-même indexée sur une base cadastrale qui n'a pas évolué depuis 1970, en dehors de l'inflation. Cela va changer : en 2026, l'administration va en effet procéder à une révision générale des valeurs locatives cadastrales.

Certains propriétaires risquent de voir leur taxe foncière augmenter. Ainsi, ceux qui possèdent un logement dans des immeubles bâtis avant 1920 devraient payer 20% de plus (15% pour les immeubles construits avant 1950). En revanche, l'impôt pourrait baisser de 16% en moyenne pour les immeubles remontant aux années 1970. Globalement, la taxe foncière reviendra plus cher pour les habitants dans les centres historiques.



Tags : immobilier





Labels alimentaires : l’UFC-Que Choisir dénonce la faiblesse des exigences

30/09/2021

Hébergement-restauration : les effectifs ont fondu de 237.000 personnes durant la crise sanitaire

30/09/2021

Frais bancaires : l’écart entre les établissements se creuse toujours plus

23/09/2021

EDF pourrait reprendre l'activité nucléaire de GE à Belfort

23/09/2021

« Dernière crise avant l’Apocalypse », ou pourquoi notre système actuel n’est plus viable

16/09/2021

Un « cru » exceptionnel pour l’épargne réglementée en 2020

09/09/2021

France : 13% des PME risquent le dépôt de bilan d’ici 2024

02/09/2021

14 ans plus tard, Bernard Arnault sort du capital de Carrefour

02/09/2021