La Grèce n'est plus sous la tutelle du FMI et de l'Union européenne



Lundi 20 Août 2018
Marie-Eve JAMIN

La Grèce a officiellement émergé, ce lundi 20 août 2018, du troisième des plans d'aide financière sous lesquels elle vivait depuis 2010.


La Grèce est sortie de la tutelle financière européenne

La Grèce sort officiellement ce lundi 20 août 2018 de son troisième plan de renflouement financier. Ainsi, en huit ans, la Grèce a reçu au total 260 milliards d’euros d’aide financière, en contrepartie d’une politique d’austérité drastique. Après l'Irlande en 2013, l'Espagne et le Portugal en 2014, et Chypre en 2016, le pays du ouzo est bien le dernier des membres de l’Union européenne à sortir de la tutelle des mémorandums d’ajustement.

Huit longues années à vivre sous tutelle du FMI et de l'Europe. Mais à quel prix pour la population ? Les Grecs ont consenti d'importants sacrifices sur les dépenses sociales, les retraites et les salaires.  Des réformes structurelles en profondeur qui ont fait fondre le PIB du pays d'un quart en huit ans, et amené le chômage au-delà des 27%. Et depuis avril 2010, la TVA n'a cessé d'y augmenter : 24% actuellement pour le taux principal. 

Quel avenir pour Alexis Tsipras ?

Mais l'avenir ne sera pas pour autant un long fleuve tranquille pour la Grèce. Et les doutes ne sont pas nouveaux. Christine Lagarde, la directrice générale du FMI a reconnu fin juin 2018, que la dette n'était soutenable qu'à moyen terme, c'est-à-dire d'ici 2030. Afin de sortir de cette tutelle Athènes a promis de dégager un excédent budgétaire primaire de 3,5% du PIB jusqu'en 2022 puis de 2,2% jusqu'en 2060.

Pour parvenir à ce retour à l’autonomie, les ministres des finances de la zone euro ont signé fin juin un accord d’allègement de la dette, prolongeant notamment les échéances et accordant des délais de grâce sur un montant total d’une centaine de milliards de dollars de dettes. Alexis Tsipras, lui, sort-il gagnant de cette période trouble ? Pas si sûr... Kyriakos Mitsotakis, le leader du parti conservateur Nouvelle Démocratie a réclamé son départ début août. Les prochaines élections législatives sont prévues en septembre 2019 mais Tsipras pourrait les avancer à fin mai, avec les européennes. L'avenir dira s'il aura raison...




Dans la même rubrique :
< >





Passage à 80 km/h : pour « 40 millions d’automobilistes », le compte n’y est pas

18/10/2018

Vers la fin du conflit salarial chez Air France

18/10/2018

Taxe d’habitation, retraites… : pour le think-tank Rexecode, le gouvernement aurait tout faux

16/10/2018

SNCF : un concours pour encourager les agents à verbaliser

15/10/2018

Air France : hausse des salaires en vue

08/10/2018

Des gestionnaires privés au secours des petites lignes

06/10/2018

Le taux de chômage devrait diminuer à 8,9% d'ici fin 2018

05/10/2018

Audiovisuel public : une commission parlementaire préconise de nouvelles pistes

04/10/2018