Assemblées générales : les syndics abusent du vote par correspondance



Jeudi 21 Janvier 2021
Anton Kunin

La possibilité de tenir une assemblée générale de copropriétaires exclusivement par correspondance, qui a fait son chemin dans la loi provisoirement (jusqu’au 1er avril 2021), pousse les syndics à commettre des abus, dénonce l’Association des responsables de copropriété.


Un vote par correspondance imposé d’office

La tenue des assemblées générales de copropriétaires de manière dématérialisée et par correspondance était considérée par le ministère chargé du Logement comme une avancée. Dans les faits, ces dispositions ont offert aux syndics des possibilités d’abus. Six mois après leur entrée en vigueur, Gérard Andrieux, le président de l’Association des responsables de copropriété, est amer.

D’après l’ordonnance du 20 mai 2020, étant donné la crise sanitaire, les assemblées générales doivent se tenir en priorité en visioconférence ou audioconférence. Le vote par correspondance (sans tenue des débats par visioconférence) est permis, mais uniquement lorsqu’il n’y a pas de possibilité technique d’organiser une visioconférence. Or, certains syndics se sont saisis de cette disposition dérogatoire et ont imposé d’office le vote par correspondance.

Des dispositions abusives introduites à l’ordre du jour

Parmi ces syndics, les moins scrupuleux ont en plus élaboré eux-mêmes l’ordre du jour, sans concertation avec le conseil syndical. Ils y ont introduit des résolutions abusives telles que l’augmentation de 50% de leurs honoraires de gestion courante, la reconduction de leur mandat sur trois ans ou encore la souscription des contrats essentiels (tels que l’assurance multirisques immeuble) auprès de leurs filiales.

Selon Gérard Andrieux, ce comportement est d’autant plus scandaleux que les copropriétaires n’ont pas la possibilité d’amender l’ordre du jour : ils ne peuvent que voter « pour », « contre » ou « abstention ». Enfin, certains syndicats se sont permis de facturer l’organisation de ce vote par correspondance (sans que cette possibilité figure dans le contrat-type), tout en maintenant la facturation de l’organisation d’une assemblée générale en présentiel (qui, bien sûr, n’a pas lieu cette année).








Les cadres craignent eux aussi pour leur emploi

04/02/2021

Fonction publique : le télétravail sera renforcé

04/02/2021

Tourisme mondial : 1 milliard d'arrivées en moins en 2020

28/01/2021

Les Français ont déposé beaucoup d'argent sur le Livret A en 2020

21/01/2021

Assemblées générales : les syndics abusent du vote par correspondance

21/01/2021

Tarifs d’électricité : vers une hausse au 1er février 2021

14/01/2021

Formation professionnelle : voici les métiers identifiés pour 2021

07/01/2021

Crédit immobilier : nouvelle hausse des taux d’usure début 2021

31/12/2020