Uber teste les courses par abonnement



Dimanche 4 Novembre 2018
Anton Kunin

Dans sa quête pour écarter la concurrence et asseoir sa domination du marché, Uber teste actuellement un dispositif d’abonnement. L’essai est restreint au marché américain, sa terre d’origine, mais est vu comme une démarche clé à une période où la firme prépare son entrée en Bourse.


Des tarifs préférentiels en échange d’un abonnement mensuel

Rares sont les pays où Uber peut se vanter d’être la seule application disponible aux consommateurs souhaitant commander un taxi. Sa direction en est bien consciente, et cherche visiblement à fidéliser ses clients tant qu’ils ne sont pas partis chez les concurrents. Depuis début novembre 2018, Uber propose donc aux habitants de cinq villes américaines (Los Angeles, Austin, Orlando, Denver et Miami) de prendre un abonnement, facturé 14,99 dollars par mois (24,99 dollars à Los Angeles). Celui-ci permet de réserver des courses à tarif préférentiel, même pendant les heures de pointe.

En proposant ces abonnements, Uber promet à ses clients une économie de 15% sur le prix de la course. En plus, les clients en possession d’un abonnement ne verront pas le tarif de leur course augmenter si jamais l’offre de véhicules diminue, suite à une demande accrue par exemple. (Pour rappel, à défaut Uber fixe ses tarifs de façon dynamique, en fonction de l’offre et de la demande à l’instant T.)

Uber se forge enfin un outil de fidélisation

Il n’est pas clair si ces abonnements engendreront des bénéfices pour Uber dans l’immédiat. D’une part, on peut le supposer : en effet, que le client commande des courses ou pas, Uber encaisse malgré tout ses 14,99 dollars. C’est ainsi que fonctionnent Netflix ou Spotify Premium, par exemple. D’autre part, dans l’hypothèse où un client commande un grand nombre de courses à des prix inférieurs aux tarifs standards, un tel client pourrait bien rapporter moins d’argent à Uber qu’un client qui aurait commandé les mêmes courses au tarif standard.

​À plus long terme, un tel dispositif pourrait être un outil de fidélisation, à l’image du programme Amazon Prime. En effet, Jeff Bezos l’avait confirmé lui-même : en ayant en tête le fait qu’ils ont déjà déboursé une cinquantaine d’euros dans leur abonnement Amazon Prime, ces clients sont moins enclins à aller voir ailleurs et achètent plus volontiers chez Amazon, en sachant qu’ils bénéficient aussi d’avantages auxquels les clients ordinaires n’ont pas droit. Et un outil de fidélisation, Uber en a grand besoin : n’oublions pas que la firme est en train de préparer son entrée en Bourse courant 2019. Rassurer les investisseurs sur l’attractivité et la solidité de son modèle est donc un impératif.



Tags : Uber

Dans la même rubrique :
< >





Hausse de 5% des charges de co-propriété en 2018

24/06/2019

Vacances : en 2019, plus de Français estiment pouvoir se les permettre financièrement

20/06/2019

Concurrence dans le rail : FlixTrain s’intéresse à cinq lignes en France

18/06/2019

Niches fiscales : le gouvernement prévoit un milliard d'économies d'ici 2020

17/06/2019

Rendre l’industrie française compétitive à l’international : le think-tank Rexecode formule des préconisations

13/06/2019

L'agriculture française en perte de vitesse

10/06/2019

Réforme des retraites : un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps ?

10/06/2019

Fusion Fiat-Renault avortée : le gouvernement français est-il responsable ?

10/06/2019