Rendre l’industrie française compétitive à l’international : le think-tank Rexecode formule des préconisations



Jeudi 13 Juin 2019
Anton Kunin

L’industrie française n’est plus compétitive. Depuis le début des années 2000, tant le coût salarial que le coût de la production finale que les marges n’ont cessé de se dégrader. Face à cette réalité, les économistes du think-tank Rexecode formulent plusieurs recommandations dans une note d’analyse fraîchement publiée.


La France est en proie à une désindustrialisation

Le constat est sans appel : en 15 ans, le nombre des entreprises industrielles de plus de 250 salariés a diminué de 40% en France. Quant aux entreprises qui ont survécu, leur situation n’est guère enviable. Leurs marges ont été sensiblement comprimées : entre 2000 et 2011, la marge moyenne est passée de 11,4% à 8,9%... alors même qu’outre-Rhin elle a augmenté, passant de 11,1% à 12,5%.

Autre évolution majeure : les investissements en capital se sont largement substitués à l’emploi. En d’autres mots, les entreprises industrielles ont été très nombreuses à procéder à l’achat de machines et autres moyens techniques visant à automatiser la production. Sur la période de 2000 à 2017, le volume du capital par heure travaillée a augmenté de 46% en France, ce qui a eu pour conséquence une perte massive de l’emploi industriel.

Abaisser les charges et freiner la hausse des salaires

Face à cette réalité, les économistes de Rexecode préconisent d’abaisser les charges qui pèsent sur l’emploi. Selon eux, cela stimulerait des créations rapides d’emplois (en particulier peu qualifiés) d’une part et diminuerait le coût du travail, et donc le coût final de la production d’autre part.

Les auteurs du rapport recommandent aussi de ralentir la hausse des salaires. Car dans l’ensemble des secteurs marchands en France, les salaires horaires réels ont divergé par rapport à la productivité horaire réelle du travail depuis dix ans. En 2009 déjà, l’écart d’évolution entre salaires et productivité s’établissait à 3,4 points. Durant la décennie qui a suivi, il s’est accru pour atteindre 6,9 points. À noter qu’il s’agit d’un phénomène spécifique à la France, puisqu’en zone euro les salaires ont évolué en moyenne plus en ligne avec la productivité.








Réforme des retraites : un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps ?

10/06/2019

Fusion Fiat-Renault avortée : le gouvernement français est-il responsable ?

10/06/2019

Crédit immobilier : des taux d’intérêt historiquement bas

05/06/2019

Budget courses : 58% des Français sont à 10 euros près

03/06/2019

France : 13% des décès sont attribuables au tabagisme

28/05/2019

3 salariés sur 5 estiment faire régulièrement des heures non rémunérées

28/05/2019

Renault et Fiat Chrysler : la fusion sur les chapeaux de roue

28/05/2019

Les Français épargnent de nouveau et beaucoup

27/05/2019