Renault pourrait fermer des usines en France



Jeudi 20 Février 2020
Paolo Garoscio

Depuis que son ancien PDG Carlos Ghosn a fui la justice japonaise pour éviter un procès sur ses malversations financières, ce qui n’a pas manqué d’être un coup dur pour l’image de l’entreprise, les mauvaises nouvelles s’accumulent pour Renault. L’année 2019 a été très compliquée et s’est clôturée dans le rouge… au point que des fermetures d’usines pourraient être prévues.


Une année 2019 qui se termine dans le rouge

La publication des chiffres de l’année 2019 du constructeur français n’ont guère plu : le groupe a vendu 3,4% de voitures de moins et a encaissé une perte nette de 141 millions d’euros. Une perte qui est une première depuis 10 ans et qui s’accompagne, de plus, d’une mauvaise santé d’un de ses partenaires principaux, Nissan, membre de l’alliance que les deux entreprises forment avec Mitsubishi.

Ce dernier a fait pire que Renault en 2019, vendant 8,4% de voitures de moins en 2019 par rapport à 2018. La situation est donc compliquée pour l’ensemble de l’alliance, ce qui a fait dire à la PDG par intérim du groupe, Clotilde Delbos, qu’aucune mesure n’est exclue pour redresser la barre. Une annonce faite alors que le nouveau PDG, Luca De Meo, débauché de chez Seat, n’est pas attendu à son poste avant le 1er juillet 2020.

Des fermetures d’usines envisagées, même en France

La PDG par intérim du constructeur français a été claire : « rien n’est exclu ». De fait, les fermetures d’usines pourraient se concrétiser avec, de plus, la possibilité que certains sites français soient fermés. Le gouvernement s’est déjà montré méfiant ; l’État est le premier actionnaire de Renault avec 15% du capital et ce serait un coup dur à l’image d’Emmanuel Macron si, lors de son mandat et alors qu’il a fait de l’emploi son cheval de bataille, des usines Renault fermaient en France.

Bruno Le Maire, le 18 février 2020, soit 4 jours après les annonces du groupe, a déclaré que le gouvernement sera « très vigilant sur la préservation de l'emploi et des sites industriels en France ». Le début d’un bras de fer, peut-être…

 




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Octobre 2020 - 14:20 Gap va fermer ses magasins en Europe






Crédit immobilier : nouvelle hausse des taux d’usure début 2021

31/12/2020

La fusion entre Tiffany et LVMH validée par les actionnaires

31/12/2020

Théâtres et cinémas : le Conseil d’État valide le maintien de la fermeture

24/12/2020

Livret A : nouvelle collecte nette positive en novembre

23/12/2020

Crédits à la consommation : les établissements prêteurs dans le collimateur de l'UFC-Que Choisir

17/12/2020

Économie : la Banque de France esquisse des perspectives moroses

17/12/2020

Le chômage partiel est prolongé jusqu'à fin janvier, et peut-être au-delà

10/12/2020

Uber se sépare de ses activités dans les voitures autonomes

09/12/2020