Investissement responsable : seul 1 organisme sur 2 communique sur ses engagements



Mercredi 11 Septembre 2019
Anton Kunin

Des 228 signataires européens des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) (assureurs, fonds de pension, fondations…), seuls 119 (soit 52%) communiquent à ce jour sur la manière dont ils s'y prennent pour mettre leurs investissements en conformité, apprend-on d’une étude de Novethic.


Investissement responsable : les meilleurs élèves sont les Suédois, les Danois et les Français

Les investisseurs institutionnels ont beau être 228 à avoir signé les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI), seuls 52% d’entre eux communiquent à ce jour sur la manière dont ils les mettent en pratique concrètement, révèle Novethic, la branche « Économie responsable et transformation durable » du Groupe Caisse des Dépôts, dans son étude annuelle sur le sujet. Bonne nouvelle cependant : les organismes qui ont choisi de communiquer sur le sujet ont la responsabilité des 86% de l’ensemble du capital sous gestion par les investisseurs institutionnels européens (soit 7.263 milliards d’euros). Sans surprise, les organismes ayant des capitaux sous gestion les plus importants sont les plus sensibilisés à cette problématique.

C’est en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas et en France qu’on trouve les investisseurs institutionnels les plus actifs en matière de communication sur les PRI. Toutefois, le niveau de sensibilisation semble plus élevé pour des pays comme les Pays-Bas et la Suède, qui combinent un nombre significatif d’institutions et une proportion élevée d’investisseurs sensibilisés.

Les plus grands investisseurs institutionnels se montrent intransigeants sur les PRI

Alors, qu’est-ce qui pousse les investisseurs institutionnels à communiquer sur les PRI ? Selon les spécialistes de Novethic, c’est tout d’abord l’importance du capital sous gestion. En effet, toutes les institutions européennes gérant 100 milliards d’euros d’encours ou plus (ils sont 17 dans ce cas) communiquent sur leur prise en compte des PRI. La proportion reste également élevée parmi les institutions gérant entre 20 et 100 milliards d’euros d’encours, mais devient ensuite minoritaire pour les institutions ayant un niveau d’encours plus bas.

Autre facteur : la visibilité internationale. Les investisseurs institutionnels les plus en vue se font en effet interpeller le plus souvent sur leur stratégie de gestion par leurs parties prenantes, ONG en tête.




Dans la même rubrique :
< >





Immobilier : une activité dynamique et des hausses des prix qui s'accélèrent en 2019

09/01/2020

Grève : dégrèvement fiscal pour les commerces les plus en difficulté

08/01/2020

Le nombre de particuliers employeurs ne cesse de baisser

02/01/2020

Aéronautique : Airbus loin devant Boeing

02/01/2020

Ruptures conventionnelles : la tendance se stabilise en France

02/01/2020

Deliveroo : la prise de participation d'Amazon inquiète les autorités

30/12/2019

BMW aurait falsifié ses chiffres de ventes

26/12/2019

Revendre les cadeaux de Noël devient une tradition en France

26/12/2019