Airbus, vers de nouvelles suppressions d'emplois ?



Jeudi 17 Septembre 2020
Olivier Sancerre

Airbus pourrait-il réduire encore la voilure ? C'est la menace que fait planer Guillaume Faury, le patron du constructeur d'avions, dans sa dernière lettre aux employés.


Une crise longue et profonde prévue chez Airbus

La crise est « plus profonde et plus longue » que prévu dans le secteur du trafic aérien, déplore Guillaume Faury dans un courrier envoyé aux quelque 130.000 employés d'Airbus. « La reprise du trafic aérien pendant l'été n'a pas été à la hauteur des attentes », a-t-il ajouté comme pour préparer les esprits à une mauvaise nouvelle supplémentaire. La production a déjà été fortement réduite de 40%. Le constructeur ne produit plus que 47 appareils par mois, dont une majorité d'A320. Difficile d'en faire moins, Airbus est arrivé à un plancher. L'entreprise a annoncé, il y a quelques semaines, un « plan d'adaptation » visant la suppression de 15.000 postes dans le monde d'ici à l'été prochain.

« L'équipe de direction travaille en concertation avec les partenaires sociaux sur les modalités de notre plan d'adaptation », écrit encore le patron d'Airbus, qui veut jouer la carte de la « transparence » : « il me semble peu probable que les départs volontaires suffiront ». En France, le plan de départs volontaires concerne 4.248 postes, dont 3.378 sur le seul site de Toulouse. Est-il possible d'aller encore plus loin ?

15.000 postes supprimés dans le monde chez Airbus

Les syndicats d'Airbus relèvent que le plan de départs est plutôt bien engagé : plus de 3.000 salariés ont signalé leur intérêt pour bénéficier des avantages liés à ce programme, qui permettra à bon nombre d'entre eux de partir en pré-retraite. Les organisations syndicales soulignent également la création ou le maintien de 500 postes soutenus par les pouvoirs publics pour le développement de l'« avion vert » à l'hydrogène. Mais elles craignent que la direction veuille faire pression afin d'obtenir un accord de performance collective plus favorable.

En Allemagne, Airbus a annoncé la suppression de 6.040 postes, mais des négociations avec les syndicats sur le temps de travail à temps partiel pourrait permettre d'éviter des licenciements secs. Au Royaume-Uni, c'est carton plein pour le plan de départs volontaires : les salariés s'y présentant sont plus nombreux que le nombre de postes à supprimer (1.727). Enfin, en Espagne la situation est plus difficile puisqu'Airbus prévoit d'y supprimer 27% des effectifs.



Tags : Airbus

Dans la même rubrique :
< >





Un nouveau fonds d'épargne pour investir dans les entreprises

01/10/2020

Le permis de louer débarque à Perpignan

24/09/2020

E. Leclerc conforte sa position de numéro 1 de la grande distribution

24/09/2020

Airbus, vers de nouvelles suppressions d'emplois ?

17/09/2020

La fraude aux prestations sociales reste un sujet brûlant

10/09/2020

Seuls 8% des Français sont « multi-bancarisés »

03/09/2020

Chute importante de la fréquentation dans les musées parisiens

03/09/2020

Jouets contrefaits : les volumes des saisies ne diminuent pas

27/08/2020