À Bruxelles, le patron de Renault exige un soutien plus important pour l'industrie automobile



Mercredi 1 Février 2023
Aurélien Delacroix

Alors que les véhicules thermiques neufs ne pourront plus être vendus dans l'Union européenne à partir de 2035, Luca de Meo, le directeur général de Renault, a plaidé pour un soutien beaucoup plus important des pays européens.


Une transition qui fait mal à l'industrie européenne

La transition à marche forcée de l'industrie automobile vers le tout électrique bouscule toute une filière, des sous-traitants aux sites de production. Et pour Luca de Meo, l'Union européenne n'en fait pas assez pour soutenir ces entreprises. En tant que nouveau président de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), il a participé à une conférence de presse au siège de l'organisation, en Belgique. Et tiré la sonnette d'alarme.

Si l'industrie automobile européenne a conservé pendant longtemps un « avantage de compétitivité dans la chaîne de valeur des automobiles à moteurs thermiques », ce n'est pas le cas avec les voitures électriques, « en tout cas sur le court terme ». La concurrence dispose en effet « d'outils stratégiques », particulièrement sur la chaîne de production des batteries électriques, ajoute-t-il.

Le patron de Renault veut plus d'aide européenne

Sur ce dossier, Luca de Meo a plaidé pour des investissements plus importants afin d'extraire des terres rares en Europe, des minerais indispensables à la production de batteries électriques. Mais le patron de Renault avait une autre cible en tête : les aides publiques dont bénéficient les constructeurs extra-européens. Aux États-Unis, le vote de l'Inflation Reduction Act a par exemple activé une aide financière à l'achat de véhicules produits sur place.

L'Union européenne discute actuellement d'un équivalent, le Green Deal Industry Plan, qui contient des mesures de soutien similaires. Mais elles se mettront en place tardivement par rapport aux États-Unis. Luca de Meo a également demandé aux États membres de l'UE d'accélérer le déploiement de bornes électriques sur leurs territoires. Il estime que les réseaux sont encore insuffisants.



Tags : Renault

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Février 2024 - 06:00 Casino en crise avec des pertes monumentales






SUV à Paris : pour le lobby de la voiture, surfacturer le stationnement est une fausse solution

08/02/2024

L'économie française sera à la peine en 2024

08/02/2024

« Taxe lapin » : Gabriel Attal promet de s’attaquer aux rendez-vous médicaux non honorés

01/02/2024

Déficit budgétaire de la France : en 2023, la situation est pire que prévu

25/01/2024

Défaillances d’entreprises : le pire quatrième trimestre depuis 30 ans

18/01/2024

Tabac : baisse des ventes encore en 2023

11/01/2024

Bonus réparation : les réparateurs ont augmenté leurs tarifs

04/01/2024

« Réduflation » : vers plus de transparence dans la grande distribution

04/01/2024
Facebook
Twitter