Travail dissimulé : 1,2 milliard d'euros de cotisations éludé en 2023



Jeudi 14 Mars 2024
Anton Kunin

En 2023, l’URSSAF a pu recouvrer auprès d’entreprises 1,2 milliard d’euros en cotisations sociales éludées en ayant recours au travail dissimulé. Cette somme est en forte hausse par rapport aux années précédentes. Pour 2024, Bercy fixe désormais le cap de 5 milliards d’euros recouvrés d’ici 2027.


Travail dissimulé : un taux de redressement de 83% lors des contrôles

L’URSSAF redouble d’efforts dans sa lutte contre le travail dissimulé. Le 13 mars 2024, Thomas Cazenave, le ministre des Comptes publics, a qualifié l’année 2023 d'historique en la matière. En effet, les efforts fournis par l'URSSAF ont permis de récupérer 1,2 milliard d'euros de cotisations sociales non déclarées au terme de l’année écoulée. Les contrôles ciblés et aléatoires ont été renforcés, impliquant 350 agents dédiés à cette tâche sur un total de 1.500 inspecteurs. Les secteurs du BTP, du commerce et de l'hôtellerie-restauration ont été particulièrement visés, reflétant une stratégie de ciblage efficace qui a conduit à un taux de redressement de 83% lors des contrôles.

Malgré ces succès, un écart substantiel demeure entre les montants des redressements et ceux effectivement recouvrés. En effet, sur le 1,2 milliard d'euros de redressements, seulement 80 millions d'euros ont été recouvrés en 2023. Ce décalage souligne les difficultés rencontrées par l'État dans le processus de recouvrement des sommes dues.

Atteindre 5 milliards d'euros de redressements d'ici 2027

Pour améliorer cette situation, le ministre a annoncé la prise prochaine de deux décrets visant à renforcer les mesures de recouvrement. Le premier empêchera les entreprises de faire une liquidation avant d’avoir rempli leurs obligations fiscales et sociales, le second encadrera « la transmission universelle de patrimoine (une forme de fusion entre deux sociétés), qui fait parfois l’objet d’abus », a fait savoir Thomas Cazenave.

La lutte contre le travail dissimulé est cruciale pour le financement du modèle social français et la garantie des droits sociaux des salariés et indépendants. En récupérant les cotisations sociales éludées, l'État œuvre pour une concurrence plus loyale entre les entreprises et pour la protection des droits des travailleurs. Les efforts déployés en 2023 et les mesures à venir témoignent de la volonté du gouvernement de poursuivre cette lutte, avec l'objectif ambitieux d'atteindre 5 milliards d'euros de redressements d'ici 2027. La route est encore longue, mais les premiers pas sont prometteurs.
 




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Avril 2024 - 06:00 Crise de croissance chez Tesla






Services à la personne : la Cour des comptes prône une rationalisation des aides

28/03/2024

Catastrophes naturelles : le lourd bilan 2023 pour les assureurs

28/03/2024

Altice (SFR) dans la tourmente : entre perte d'abonnés et stratégie de désendettement

21/03/2024

La lutte contre la fraude fiscale et sociale rapporte à l’État

21/03/2024

Travail dissimulé : 1,2 milliard d'euros de cotisations éludé en 2023

14/03/2024

Bercy vise 20 milliards d'économies supplémentaires pour 2025

07/03/2024

Nokia taille de nouveau dans ses effectifs en France

07/03/2024

Tarifs bancaires : une augmentation modérée en 2024

29/02/2024
Facebook
Twitter