Tarifs bancaires : une augmentation modérée en 2024



Jeudi 29 Février 2024
Anton Kunin

Les banques françaises réajustent leur barème de frais, marquant la fin d'une période de stabilité tarifaire. Le dernier rapport de l'Observatoire des tarifs bancaires révèle une augmentation moyenne des frais entre 2,5% et 3% en 2024.


Les banques françaises ajustent leurs frais

L'année 2024 s'annonce avec une légère inflation des frais bancaires en France, signalant une adaptation des banques au contexte économique. Le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) révèle, via son Observatoire des tarifs bancaires (OTB), une augmentation moyenne des tarifs située entre 2,5% et 3%. Cette évolution tarifaire, quoique plus basse que l'inflation de 4,9% de 2022, marque une fin à la stabilité tarifaire observée lors des deux années précédentes. Les frais de tenue de compte, en particulier, ont connu une hausse de 3%, évoluant de 20,60 euros à 21,22 euros. L'OTB, qui a analysé les grilles tarifaires de cent établissements, note que cette augmentation concerne huit des quatorze produits bancaires étudiés.

La répercussion de cette hausse varie significativement parmi les usagers, impactant davantage les petits et moyens consommateurs, avec des augmentations de 2,97% et 3% respectivement. En termes concrets, cela se traduit par un coût annuel de 66,23 euros pour les petits consommateurs et de 147,80 euros pour les consommateurs moyens. La Fédération bancaire française (FBF) justifie cette augmentation comme une réponse mesurée à l'inflation, reflétant les efforts des banques pour équilibrer leurs tarifs dans un environnement économique incertain.

Bientôt une nouvelle méthode pour mieux rendre compte des hausses des tarifs

L'analyse de l'OTB a également mis en lumière des changements dans la tarification des cartes bancaires, où le coût des cartes à débit différé est devenu inférieur à celui des cartes à débit immédiat dans 18 établissements. La majorité des banques (76 sur le panel étudié) ont aligné les prix des cartes à débit immédiat sur ceux à débit différé, remettant en question les pratiques tarifaires traditionnelles.

Cependant, cette stratégie tarifaire est complexifiée par le retard volontaire de certains établissements dans la publication de leurs nouveaux tarifs, échappant ainsi au suivi de l'OTB. Ce manque de transparence soulève des inquiétudes quant à l'efficacité des mécanismes de surveillance du secteur, poussant le CCSF à envisager des ajustements dans ses méthodes de collecte de données pour les années à venir, dans l'espoir d'offrir une vision plus claire de l'évolution des frais bancaires.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Avril 2024 - 06:00 Crise de croissance chez Tesla






Services à la personne : la Cour des comptes prône une rationalisation des aides

28/03/2024

Catastrophes naturelles : le lourd bilan 2023 pour les assureurs

28/03/2024

Altice (SFR) dans la tourmente : entre perte d'abonnés et stratégie de désendettement

21/03/2024

La lutte contre la fraude fiscale et sociale rapporte à l’État

21/03/2024

Travail dissimulé : 1,2 milliard d'euros de cotisations éludé en 2023

14/03/2024

Bercy vise 20 milliards d'économies supplémentaires pour 2025

07/03/2024

Nokia taille de nouveau dans ses effectifs en France

07/03/2024

Tarifs bancaires : une augmentation modérée en 2024

29/02/2024
Facebook
Twitter