SUV à Paris : pour le lobby de la voiture, surfacturer le stationnement est une fausse solution



Jeudi 8 Février 2024
Anton Kunin

Suite à la consultation du 4 février 2024 concernant le stationnement des SUV à Paris, la Chambre Syndicale Internationale de l’Automobile et du Motocycle (CSIAM) interpelle sur l'importance d'adopter des mesures plus justes et efficaces pour l'environnement, en soulignant les lacunes de l'approche actuelle.


Le véhicule le plus lourd n’est pas toujours le plus polluant

Dans une prise de position diffusée après l’annonce des résultats de la votation du 4 février 2024 sur une tarification spécifique pour le stationnement des SUV à Paris, la Chambre Syndicale Internationale de l’Automobile et du Motocycle (CSIAM) exprime une vive inquiétude. Cette initiative, perçue comme une fausse bonne idée par la CSIAM, a conduit à un verdict où seulement 3% des votants parisiens ont approuvé l'application d'un tarif spécial pour les véhicules jugés « lourds et encombrants ». Cette campagne a été critiquée pour sa focalisation sur les SUV sans une définition claire de cette catégorie, établissant un lien erroné entre l'impact environnemental et le poids des véhicules, tout en négligeant les avancées technologiques et les données scientifiques actuelles.

Dans son argumentation, la CSIAM souligne que la pollution automobile ne dépend pas uniquement du modèle du véhicule, mais de sa technologie et de son utilisation. Un SUV récent, équipé de technologies propres, peut avoir un impact moindre sur l'environnement par rapport à des voitures plus anciennes ou moins entretenues, malgré un poids supérieur. La Chambre critique également l'approche de la mairie vis-à-vis des véhicules hybrides et électriques, arguant que la tarification au poids va à l'encontre des efforts de décarbonation de la mobilité urbaine. Elle appelle à une révision de la méthode de tarification, basée sur des critères plus scientifiques comme les vignettes Crit'Air, plutôt que sur le poids des véhicules.

Moduler la tarification du stationnement selon les émissions

La CSIAM appelle à un débat plus nuancé et éclairé sur la transition écologique dans le secteur automobile, insistant sur la nécessité d'adopter des mesures réellement incitatives et équitables. Elle propose des alternatives comme la modulation des tarifs selon les émissions, des primes à la conversion pour les véhicules propres et des avantages pour les véhicules électriques et hybrides, ainsi que l'investissement dans les transports publics. La CSIAM met en garde contre les politiques exclusives qui discriminent certains utilisateurs de véhicules, notamment les SUV, pour des raisons familiales ou de mode de vie, plaidant pour une approche plus inclusive.

Rappelons que la décision de la mairie de Paris de tripler le tarif de stationnement pour les véhicules les plus lourds, annoncée après une votation le 4 février 2024, a suscité un vif débat. Avec 54,55% des voix en faveur de cette mesure, la maire Anne Hidalgo a salué ce résultat comme une résistance face aux enjeux écologiques actuels, malgré un taux de participation relativement faible. Cette décision, qui concerne principalement les propriétaires de véhicules thermiques, hybrides ou électriques lourds, a révélé des clivages importants au sein de la population parisienne, notamment entre les différents arrondissements. La CSIAM, à travers sa critique, appelle à repenser cette politique en faveur d'une stratégie plus équitable et efficace pour tous.








Carrefour inaugure son premier magasin Atacadao en France

20/06/2024

La relation complexe de la Génération Z avec le monde du travail

20/06/2024

L’accès universel à l’électricité, un objectif de plus en plus illusoire

13/06/2024

Campagne de rappel massive chez Stellantis pour des airbags défectueux

06/06/2024

Record historique pour le nombre de riches dans le monde

06/06/2024

Réforme de l'indemnisation des arrêts maladie : économies en vue, mais à quel prix ?

30/05/2024

Uber prévoit une hausse des prix des courses pour les JO

30/05/2024

Budget 2024 : le FMI communique ses recommandations à la France

24/05/2024
Facebook
Twitter