Négociations salariales difficiles dans le secteur bancaire



Jeudi 30 Novembre 2023
Aurélien Delacroix

Dans le cadre des négociations salariales annuelles, le secteur bancaire français est confronté à un équilibre délicat entre les exigences syndicales et les propositions des directions.


Syndicats et directions en pleines négociations salariales

Le cycle de négociations salariales pour l'année 2024, commencé en septembre dernier, traverse une phase critique, particulièrement à la Société Générale et dans les Caisses d'Epargne. Les syndicats, visant des augmentations salariales de 6 % et des primes substantielles, se heurtent aux offres plus modérées des banques comme le rapportent Les Échos. Société Générale propose une hausse de 2 % pour les salaires inférieurs à 45.000 euros annuels, et de 1 % jusqu'à 60.000 euros, avec une prime limitée à 800 euros. Ces propositions sont considérées comme insuffisantes par la CFDT, la CGT et le SNB, qui pressent les banques de revoir leurs offres.

Les réactions des différentes banques face à ces demandes syndicales varient considérablement. BNP Paribas, par exemple, a décidé d'adopter des mesures unilatérales suite à l'absence d'accord, proposant une augmentation générale de 1,15 % jusqu'à 60.000 euros de rémunération. En revanche, Crédit Mutuel Alliance Fédérale se distingue par des mesures plus généreuses en offrant une augmentation générale de 2,2 % et une prime de 3.000 euros. Ce modèle suscite l'intérêt d'autres branches, notamment le Crédit Agricole, où le SNECA plaide pour des primes équivalentes.

Réponses divergentes parmi les banques

Le cas des Caisses d'Epargne est particulièrement tendu. Avec des résultats financiers affectés par la hausse des taux, la probabilité d'une absence totale d'accord lors de la dernière réunion de négociation est évoquée. Cette situation pourrait entraîner de nouvelles discussions au niveau des Caisses régionales.

Les négociations salariales dans le secteur bancaire pour 2024 reflètent les défis économiques actuels et la divergence entre les attentes des employés et les capacités financières des banques. Alors que certaines banques, comme le Crédit Mutuel, adoptent des approches plus généreuses, d'autres restent prudentes, ce qui provoque des tensions et des incertitudes au sein du secteur. Ces négociations sont un indicateur clé du climat social dans le milieu bancaire, et leur issue pourrait avoir des répercussions importantes sur les relations employeur-employé dans ces entreprises.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Février 2024 - 06:00 Casino en crise avec des pertes monumentales






SUV à Paris : pour le lobby de la voiture, surfacturer le stationnement est une fausse solution

08/02/2024

L'économie française sera à la peine en 2024

08/02/2024

« Taxe lapin » : Gabriel Attal promet de s’attaquer aux rendez-vous médicaux non honorés

01/02/2024

Déficit budgétaire de la France : en 2023, la situation est pire que prévu

25/01/2024

Défaillances d’entreprises : le pire quatrième trimestre depuis 30 ans

18/01/2024

Tabac : baisse des ventes encore en 2023

11/01/2024

Bonus réparation : les réparateurs ont augmenté leurs tarifs

04/01/2024

« Réduflation » : vers plus de transparence dans la grande distribution

04/01/2024
Facebook
Twitter