Les difficultés de recrutement restent la première préoccupation des dirigeants de PME et TPE



Jeudi 18 Novembre 2021
Anton Kunin

Plus que toute autre chose, ce sont les difficultés de recrutement qui pourraient freiner les PME et TPE dans leur croissance, estiment leurs dirigeants interrogés par Bpifrance Le Lab et Rexecode (2.083 chefs d’entreprise des secteurs marchands non agricoles interrogés).


1 dirigeant de PME-TPE sur 2 déclare que les difficultés de recrutement ont déjà un impact sur leur entreprise

Manque de débouchés, concurrence, accès au financement, coûts trop élevés… De toutes les difficultés potentielles qui peuvent freiner la croissance d’une entreprise, ce sont les difficultés de recrutement qui inquiètent le plus grand nombre de dirigeants. En novembre 2021, ils sont 58% à les citer en tant que principale difficulté. Preuve que ce problème est davantage prononcé qu’avant, à la veille de la crise sanitaire, au quatrième trimestre 2021, ils étaient 53% à citer les difficultés de recrutement en tant que principale difficulté.

Cette enquête nous apprend que 73% des dirigeants de PME-TPE ont souhaité recruter au cours des douze derniers mois. Parmi eux, 79% ont été confrontés à des difficultés dans leur démarche. Les dirigeants sont 51% à confier que ces difficultés affectent d’ores et déjà le développement de l’activité de leur entreprise, et 38% avouent avoir des craintes quant à l’impact à venir de ces tensions.

Plus d’1 dirigeant sur 4 estime son activité freinée par des coûts trop élevés

Un peu plus d’1/3 des postes à pourvoir sont vacants depuis plus de six mois, dont 12% depuis plus d’un an. Les raisons principales de ces difficultés sont l’absence de candidat (citée par 70% des dirigeants de TPE/PME confrontées à des difficultés de recrutement), l’inadéquation des candidats avec le poste (manque de qualification, d’expérience ou faible adaptabilité perçue à l’entreprise notamment) et le salaire demandé (21%).

Mais si parmi toutes les difficultés il y a un point qui enregistre une progression particulièrement rapide, c’est les coûts et les prix trop élevés : les dirigeants de PME et TPE sont désormais 28% à le citer en tant que principale difficulté, contre 21% au deuxième trimestre 2021. « Ce résultat est cohérent avec des tensions sur les approvisionnements qui s’exacerbent », commentent les auteurs de l’étude. Les dirigeants de PME et TPE sont 69% à se dire affectés, dans telle ou telle mesure, par ce type de difficultés, et 73% estiment que ces tensions se sont intensifiées depuis trois mois.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Novembre 2021 - 16:19 L’indemnité inflation finalement adoptée






Formation professionnelle : le « parcours autonome d’achat » a fait chuter la durée des formations

28/10/2021

Forte baisse du chômage au troisième trimestre

27/10/2021

La détresse psychologique des salariés diminue légèrement mais reste élevée

21/10/2021

Réformes fiscales du quinquennat Macron : moins d’exilés fiscaux et plus de dividendes

14/10/2021

Le Prêt à taux zéro maintenu jusqu’à fin 2023

07/10/2021

Certains métiers vont profiter d'une hausse de salaire de plus de 80% en 2022 !

07/10/2021

Labels alimentaires : l’UFC-Que Choisir dénonce la faiblesse des exigences

30/09/2021

Hébergement-restauration : les effectifs ont fondu de 237.000 personnes durant la crise sanitaire

30/09/2021