La rentrée scolaire coûte toujours plus cher aux familles



Jeudi 26 Août 2021
Anton Kunin

En 2021, les familles d’enfants entrant en 6e débourseront 199,64 euros en moyenne contre 197,58 euros en 2020, soit une hausse de 1,04%... alors même qu’en 2020 l’inflation n’a été que de 0,53%, nous apprend l'association Familles de France dans son étude annuelle sur le coût de la rentrée scolaire.


Les hypermarchés restent l’endroit le moins cher pour acheter les fournitures scolaires

Les fournitures scolaires coûtent toujours plus cher. En 2021, pour une entrée en 6e, les familles débourseront 199,64 euros en moyenne, contre 195,58 euros en 2019, 193,74 euros en 2018, 193,73 euros en 2017 et 190,24 euros en 2016, a calculé l’association Familles de France. Sur un an, la hausse est donc de 2,06 euros (+1,04%).

Il convient néanmoins de tenir à l’esprit que, selon l’endroit où elles sont achetées, le prix des fournitures n’est pas le même. Une famille qui achète tous les articles de la liste de rentrée dans un hypermarché dépensera 192,05 euros, contre 195,48 euros dans un supermarché et 224,68 euros dans un magasin spécialisé. Le prix des fournitures papetières en particulier peut varier grandement. Elles reviennent à 47,32 euros en moyenne dans les hypermarchés et 58,81 euros en moyenne dans les magasins spécialisés. Même chose pour les articles de sport : ils sont vendus 43,74 euros en moyenne dans les supermarchés et 54,74 euros en moyenne dans les magasins spécialisés.

Sur les prix, Internet ne parvient toujours pas à concurrencer les grandes surfaces

Sur Internet, les fournitures scolaires coûtent certes plus cher que dans les hypermarchés et supermarchés, mais toujours moins cher que dans les magasins spécialisés. Les familles qui commanderont tout ce dont elles ont besoin sur Internet paieront 204,11 euros. Toujours est-il que le coût des fournitures sur Internet diminue : en 2020, elles y revenaient à 207,84 euros, soit une baisse de 1,79%.

Tout en saluant l’existence de l’allocation de rentrée scolaire, Familles de France pointe le fait que le barème est conçu en fonction de l’âge de l’enfant et ne tient pas compte de la progressivité du coût de la scolarité. De la même manière, le barème ne prend pas en compte le coût additionnel du matériel dans les filières professionnelles.








Labels alimentaires : l’UFC-Que Choisir dénonce la faiblesse des exigences

30/09/2021

Hébergement-restauration : les effectifs ont fondu de 237.000 personnes durant la crise sanitaire

30/09/2021

Frais bancaires : l’écart entre les établissements se creuse toujours plus

23/09/2021

EDF pourrait reprendre l'activité nucléaire de GE à Belfort

23/09/2021

« Dernière crise avant l’Apocalypse », ou pourquoi notre système actuel n’est plus viable

16/09/2021

Un « cru » exceptionnel pour l’épargne réglementée en 2020

09/09/2021

France : 13% des PME risquent le dépôt de bilan d’ici 2024

02/09/2021

14 ans plus tard, Bernard Arnault sort du capital de Carrefour

02/09/2021