La Redoute prévoit plus de 1000 suppressions d’emplois pour se relancer



Jeudi 9 Janvier 2014
Paolo Garoscio

Les employés de la Redoute commencent l’année avec une bien mauvaise nouvelle : les nouveaux dirigeants du premier groupe de Vente Par Correspondance (VPC) de France estiment nécessaire que La Redoute se sépare de bon nombre de ses effectifs, faute de quoi le groupe ne pourrait pas repartir.


cc/flickr/lostin70s
cc/flickr/lostin70s
Nathalie Balla, PDG de La Redoute, et Eric Courteille, secrétaire général de Redcats, ont été clairs ce jeudi 9 janvier 2014 lors de leur réunion avec le comité d’entreprise : il n’est plus possible de garder l’intégralité des 3437 salariés de la société.

Le but des deux dirigeants est simple : retrouver une croissance dès 2016. Un objectif difficile mais atteignable malgré les ventes qui chutent fortement depuis plusieurs années, notamment à cause de la concurrence de plus en plus rude des sites de vente sur internet.

Ainsi, La Redoute a vu une baisse des ventes de 10% par an depuis 2010 ce qui a entraîné une perte de plusieurs dizaines de millions d’euros par an. Malgré cela, La Redoute a tout de même réussi à engranger un chiffre d’affaires proche du milliard d’euros. Encourageant, mais pas suffisant pour garder ses salariés.

Ce sont donc 1178 postes qui vont être supprimés au sein du groupe dans les 4 années à venir. Ils devraient être en quasi-totalité absorbés par des départs volontaires et des pré-retraites, donc avec très peu de licenciements secs.

La mauvaise nouvelle touchera aussi les salariés du livreur Relais Colis qui avait été repris avec La Redoute. Sur les 600 employés actuels, quelques 172 devraient partir entre 2014 et 2015.

Mais les deux dirigeants ne comptent pas seulement sur la réduction des effectifs pour relancer le groupe. Ils devraient également lancer une nouvelle stratégie consistant à « accélérer la modernisation du modèle commercial ». En attendant, une telle réduction d’emplois n’est pas propice à l’inversion de la courbe du chômage tant recherchée par le gouvernement.








Labels alimentaires : l’UFC-Que Choisir dénonce la faiblesse des exigences

30/09/2021

Hébergement-restauration : les effectifs ont fondu de 237.000 personnes durant la crise sanitaire

30/09/2021

Frais bancaires : l’écart entre les établissements se creuse toujours plus

23/09/2021

EDF pourrait reprendre l'activité nucléaire de GE à Belfort

23/09/2021

« Dernière crise avant l’Apocalypse », ou pourquoi notre système actuel n’est plus viable

16/09/2021

Un « cru » exceptionnel pour l’épargne réglementée en 2020

09/09/2021

France : 13% des PME risquent le dépôt de bilan d’ici 2024

02/09/2021

14 ans plus tard, Bernard Arnault sort du capital de Carrefour

02/09/2021