Elisabeth Borne annonce des mesures pour vous faire préférer l’avion



Mardi 12 Mars 2019
Anton Kunin

« À nous de vous faire préférer le train », lance depuis 2010 la SNCF sur ses supports publicitaires. Mais après consacré d’importants financements au train, le mode de transport le plus écologique qui soit, l’État français souhaite soutenir le transport aérien.


La taxe d’aéroport sera modérée

Jamais les Français n’ont autant pris le train ! Cette dernière décennie, le nombre de kilomètres parcourus sur le réseau ferré national est à son plus haut historique. Mais en empruntant davantage le train, les Français, n’ont-ils pas délaissé l’avion ? C’est une préoccupation qui anime depuis un an le ministère des Transports, dont les émissaires ont planché pendant un an, à l’occasion des Assises nationales du transport aérien, sur des pistes pour redonner au secteur un second souffle.

Première piste retenue : la « taxe d’aéroport » (TAP), dont s’acquittent toutes les compagnies aériennes et qui est incluse dans le prix des billets, sera partiellement prise en charge par les finances publiques. Un effort particulier sera déployé sur sa réduction pour les passagers en correspondance dans les aéroports français. En 2019, l’État y consacrera 68 millions d’euros… en espérant que les compagnies aériennes répercuteront cette baisse des charges sur les prix des billets.

Des mesures pour augmenter les flux touristiques

Afin de désengorger les aéroports français, une condition indispensable pour attirer les touristes, Elisabeth Borne, la ministre des Transports, a annoncé la prochaine mise en œuvre d’un système de contrôle anticipé en amont des passagers frontaliers (également baptisé « pré-contrôle »). Et pour d’attirer davantage de touristes dans les départements et collectivités d’outre-mer, les titulaires de visas Schengen d’une dizaine de nationalités seront prochainement dispensés de visa DOM-COM.

Qui de l’aspect environnemental ? Même avec la hausse prévue du trafic aérien de 5% par an, l’État ambitionne de stabiliser les émissions de CO2, après un pic prévu en 2020. La « Stratégie nationale du transport aérien 2025 » prévoit ainsi d’« accélérer la décarbonation du transport aérien », adapter au changement climatique les infrastructures du transport aérien et soutenir le développement d’une filière de recyclage des aéronefs.




Dans la même rubrique :
< >





Le déficit commercial de la France continue de se creuser

07/05/2019

Bientôt une prime de 400 euros pour le trajet domicile-travail

03/05/2019

Les nouveaux tarifs et changements du 1er mai

01/05/2019

Réduction d'impôts : Le Maire veut que 15 millions de Français en profitent

26/04/2019

Prime Macron : vers une pérennisation

17/04/2019

Notre-Dame-des-Landes : Vinci réclame une compensation de centaines de millions d'euros à l'Etat

15/04/2019

Les défaillances d’entreprises reculent légèrement

14/04/2019

Depuis janvier 2019, 800.000 foyers fiscaux ont modulé leur taux de prélèvement à la source

09/04/2019