Défaillances d’entreprises : le pire quatrième trimestre depuis 30 ans



Jeudi 18 Janvier 2024
Anton Kunin

En 2023, la France a connu une augmentation alarmante des défaillances d'entreprises, avec 57.729 cas enregistrés, marquant le pire quatrième trimestre depuis trois décennies. Cette situation met en lumière les défis économiques majeurs auxquels le pays est confronté, notamment dans le secteur de la construction.


Un bilan alarmant pour le tissu entrepreneurial français

L'année 2023 a été marquée par une hausse significative des défaillances d'entreprises en France, avec un total de 57.729 cas, dont 16.820 survenus dans les quatre derniers mois de l'année. Cette augmentation de 36% par rapport à 2022 est la deuxième plus forte jamais enregistrée. Selon le cabinet Altares, qui comptabilise chaque trimestre les chiffres des défaillances, cette situation reflète une conjoncture économique particulièrement difficile. Les entreprises françaises font face à de multiples défis : une activité et une consommation en berne, une inflation persistante et des taux d'intérêt élevés. Ces facteurs ont mis à rude épreuve les trésoreries des entreprises, entraînant une augmentation des procédures de redressement judiciaire de 49%.

Le secteur de la construction est le plus affecté, avec 14.000 défaillances, représentant 24% des faillites. D'autres secteurs, comme le commerce, les services, la restauration, l'industrie et les transports, sont également impactés. Cette crise a un effet direct sur l'emploi, avec 243.000 postes menacés en 2023, un chiffre en forte hausse par rapport aux années précédentes. Les PME de moins de 50 salariés sont les plus vulnérables. Par ailleurs, des disparités régionales se sont accentuées, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France, où un tiers des défaillances ont été enregistrées.

L’incertitude demeure pour 2024

Pour 2024, les perspectives ne sont guère plus réjouissantes. L'incertitude économique persiste, et les entreprises peinent à répondre aux enjeux de la transition écologique et des ressources humaines. La BPCE anticipe même une augmentation des défaillances de 10%, soit environ 62.000 cas.

Cette situation difficile affecte profondément le moral des chefs d'entreprise, 85% d'entre eux abordant l'année avec un état d'esprit négatif. De plus, un sondage Ipsos révèle que la moitié des Français sont stressés par leur travail, un sentiment particulièrement présent chez les ouvriers et les employés de 40 à 55 ans. Cette réalité économique sombre contraste fortement avec les objectifs d'Emmanuel Macron en matière d'emploi, soulignant les défis majeurs auxquels la France doit faire face pour redresser son économie.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Février 2024 - 06:00 Casino en crise avec des pertes monumentales






SUV à Paris : pour le lobby de la voiture, surfacturer le stationnement est une fausse solution

08/02/2024

L'économie française sera à la peine en 2024

08/02/2024

« Taxe lapin » : Gabriel Attal promet de s’attaquer aux rendez-vous médicaux non honorés

01/02/2024

Déficit budgétaire de la France : en 2023, la situation est pire que prévu

25/01/2024

Défaillances d’entreprises : le pire quatrième trimestre depuis 30 ans

18/01/2024

Tabac : baisse des ventes encore en 2023

11/01/2024

Bonus réparation : les réparateurs ont augmenté leurs tarifs

04/01/2024

« Réduflation » : vers plus de transparence dans la grande distribution

04/01/2024
Facebook
Twitter