Crédits à la consommation : les établissements prêteurs dans le collimateur de l'UFC-Que Choisir



Jeudi 17 Décembre 2020
Olivier Sancerre

Dans un contexte économique très difficile, la tentation pour les consommateurs est de souscrire à un crédit à la consommation, de l'argent facile pour acheter les cadeaux de Noël… Mais gare au remboursement qui s'annonce compliqué.


Des crédits à la consommation dus un contexte économique difficile

L'UFC-Que Choisir tire la sonnette d'alarme sur le crédit à la consommation, dans un contexte où l'économie française va supprimer 900.000 emplois l'année prochaine et où le pouvoir d'achat n'a jamais autant reculé depuis 2013. L'association de consommateurs craint que les impayés ne représentent plus de 12 milliards d'euros en 2021, un chiffre en hausse de 40 % par rapport à 2020. Les établissements prêteurs ont flairé la bonne affaire en multipliant les publicités « pousse-au-crime », selon l'organisation.

Sofinco propose ainsi de rembourser après les fêtes, Toyota Financement (spécialiste de la location longue durée automobile) de reporter les loyers de six mois. Mais à un moment ou à un autre, ces crédits devront être acquittés. La situation est d'autant plus sérieuse que les moratoires accordés au printemps, durant le premier confinement, sont arrivés à échéance le mois dernier pour les deux tiers d'entre eux.

Publicités « pousse-au-crime »

Sur la question des impayés, les établissements de crédit et les banques ont une « responsabilité majeure », selon l'UFC-Que Choisir qui demande une gestion saine afin d’éviter que les emprunteurs ne basculent dans le surendettement. Ils doivent proposer des solutions pérennes : diminution du taux, échéancier… Des outils qui ne sont pas suffisamment utilisés, déplore l'association. Elle déplore également la revente des crédits douteux aux sociétés de recouvrement (des ventes qui devraient s'établit à 7 milliards d'euros l'année prochaine).

Les sociétés de recouvrement sont également dans le collimateur de l'UFC-Que Choisir, qui pointe une explosion des plaintes en raison du « manque de garde-fous » concernant les pratiques « agressives » de ces sociétés. C'est pourquoi l'association appelle les consommateurs à la prudence et que des associations locales peuvent aider et accompagner. Les législateurs européens doivent également intervenir pour contraindre les banques à « proposer une mesure de restructuration dès le deuxième incident de remboursement ».



Tags : consommation





Les concessions, un modèle qui plaît aux régions françaises

27/05/2021

Le début des soldes décalé au 30 juin 2021

27/05/2021

Le salaire, encore et toujours premier critère d'attractivité des entreprises

27/05/2021

Dons aux associations : les montants en hausse de 13,7% en 2020

20/05/2021

Indemnisation des pertes d’exploitation : les TPE attaquent AXA

06/05/2021

Allocation chômage pour travailleurs indépendants : 18 mois plus tard, le bilan est maigre

29/04/2021

CLCV : haro sur les jus de fruit !

29/04/2021

Le gestionnaire des gares dans la ligne de mire de la Cour des comptes

22/04/2021