Crédits à la consommation : les établissements prêteurs dans le collimateur de l'UFC-Que Choisir



Jeudi 17 Décembre 2020
Olivier Sancerre

Dans un contexte économique très difficile, la tentation pour les consommateurs est de souscrire à un crédit à la consommation, de l'argent facile pour acheter les cadeaux de Noël… Mais gare au remboursement qui s'annonce compliqué.


Des crédits à la consommation dus un contexte économique difficile

L'UFC-Que Choisir tire la sonnette d'alarme sur le crédit à la consommation, dans un contexte où l'économie française va supprimer 900.000 emplois l'année prochaine et où le pouvoir d'achat n'a jamais autant reculé depuis 2013. L'association de consommateurs craint que les impayés ne représentent plus de 12 milliards d'euros en 2021, un chiffre en hausse de 40 % par rapport à 2020. Les établissements prêteurs ont flairé la bonne affaire en multipliant les publicités « pousse-au-crime », selon l'organisation.

Sofinco propose ainsi de rembourser après les fêtes, Toyota Financement (spécialiste de la location longue durée automobile) de reporter les loyers de six mois. Mais à un moment ou à un autre, ces crédits devront être acquittés. La situation est d'autant plus sérieuse que les moratoires accordés au printemps, durant le premier confinement, sont arrivés à échéance le mois dernier pour les deux tiers d'entre eux.

Publicités « pousse-au-crime »

Sur la question des impayés, les établissements de crédit et les banques ont une « responsabilité majeure », selon l'UFC-Que Choisir qui demande une gestion saine afin d’éviter que les emprunteurs ne basculent dans le surendettement. Ils doivent proposer des solutions pérennes : diminution du taux, échéancier… Des outils qui ne sont pas suffisamment utilisés, déplore l'association. Elle déplore également la revente des crédits douteux aux sociétés de recouvrement (des ventes qui devraient s'établit à 7 milliards d'euros l'année prochaine).

Les sociétés de recouvrement sont également dans le collimateur de l'UFC-Que Choisir, qui pointe une explosion des plaintes en raison du « manque de garde-fous » concernant les pratiques « agressives » de ces sociétés. C'est pourquoi l'association appelle les consommateurs à la prudence et que des associations locales peuvent aider et accompagner. Les législateurs européens doivent également intervenir pour contraindre les banques à « proposer une mesure de restructuration dès le deuxième incident de remboursement ».



Tags : consommation





Crédit immobilier : nouvelle hausse des taux d’usure début 2021

31/12/2020

La fusion entre Tiffany et LVMH validée par les actionnaires

31/12/2020

Théâtres et cinémas : le Conseil d’État valide le maintien de la fermeture

24/12/2020

Livret A : nouvelle collecte nette positive en novembre

23/12/2020

Crédits à la consommation : les établissements prêteurs dans le collimateur de l'UFC-Que Choisir

17/12/2020

Économie : la Banque de France esquisse des perspectives moroses

17/12/2020

Le chômage partiel est prolongé jusqu'à fin janvier, et peut-être au-delà

10/12/2020

Uber se sépare de ses activités dans les voitures autonomes

09/12/2020