1 salarié sur 5 a déjà été victime de discrimination à l’embauche



Jeudi 10 Juin 2021
Anton Kunin

21% des salariés ont déjà fait l’objet de discrimination dans le cadre de la recherche d’un emploi, dont 8% une seule fois et 13% plusieurs fois, nous apprend L’Observatoire Meteojob des discriminations à l'embauche.


Discriminations : des caractéristiques qui incommodent plus souvent que d’autres

Les discriminations à l’embauche sont un phénomène difficilement mesurable. Néanmoins, à en croire les déclarations des salariés eux-mêmes, recueillies au cours d’un sondage IFOP pour Meteojob, 21% d’entre eux en ont déjà été victimes. D’après les déclarations des salariés, l'auteur de la discrimination était le responsable des ressources humaines dans 35% des cas, le futur responsable hiérarchique (33%) et, certes moins souvent, un intermédiaire de l'emploi (Pôle emploi, agence d'emploi, cabinet de recrutement) (14%).

Les personnes discriminées sont plus souvent des femmes que des hommes, appartenant aux catégories modeste (29%) et pauvre (37%), des musulmans (53%) plus que des protestants (35%) et des catholiques (19%), des pratiquants (33%), portant des signes religieux ostensibles (40%), de nationalité étrangère (50%), ayant un accent marqué (30%), en situation de handicap (38%), bisexuels (30%) et homosexuels (23%).

Au cours du processus de recrutement, c’est lors de l’entretien d’embauche que les discriminations ressortent le plus

Si seuls 9% des candidats ont trouvé déplacée l’offre d’emploi telle qu’elle était rédigée, 17% ont ressenti une discrimination au cours de l’entretien d’embauche. Parmi ces derniers, 9% affirment avoir entendu une remarque désobligeante ou déplacée au sujet de leur région, commune ou quartier d’origine, 9% au sujet de leur prénom ou nom de famille, 8% au sujet de leur accent, 7% au sujet de leurs origines ethniques ou culturelles et 5% au sujet de leurs croyances religieuses réelles ou supposées.

Les remarques désobligeantes au sujet du sexe de la personne (13%), de son statut parental (10%) et conjugal (7%) font elles aussi leur chemin dans les entretiens d’embauche. Par ailleurs, 10% ont entendu des remarques désobligeantes ou déplacées sur leur silhouette ou apparence physique, 10% sur leur manière de s’habiller et 5% sur leurs engagements politiques ou syndicaux.








Les concessions, un modèle qui plaît aux régions françaises

27/05/2021

Le début des soldes décalé au 30 juin 2021

27/05/2021

Le salaire, encore et toujours premier critère d'attractivité des entreprises

27/05/2021

Dons aux associations : les montants en hausse de 13,7% en 2020

20/05/2021

Indemnisation des pertes d’exploitation : les TPE attaquent AXA

06/05/2021

Allocation chômage pour travailleurs indépendants : 18 mois plus tard, le bilan est maigre

29/04/2021

CLCV : haro sur les jus de fruit !

29/04/2021

Le gestionnaire des gares dans la ligne de mire de la Cour des comptes

22/04/2021