Un premier trimestre 2024 encourageant pour la croissance française



Jeudi 2 Mai 2024
Aurélien Delacroix

Les résultats de croissance du premier trimestre de 2024 ont dépassé les attentes, soutenus par une forte consommation des ménages et une reprise de l'investissement. Cette performance pourrait redonner de la crédibilité aux prévisions économiques du gouvernement, malgré des défis budgétaires persistants.


Un démarrage plus fort que prévu pour la croissance

Selon les dernières données publiées par l'Insee, le PIB de la France a connu une hausse de 0,2% au premier trimestre de 2024, un chiffre supérieur aux prévisions qui tablaient sur une stagnation. « À tous ceux qui veulent faire croire que notre économie est à l'arrêt : les faits sont têtus. La croissance française progresse. C'est un nouveau signe qui traduit la solidité de notre économie », a déclaré le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire. 

Ces résultats sont principalement le fruit d'une consommation des ménages dynamique, qui a progressé de 0,4%, et d'un rebond notable de l'investissement des entreprises, qui a atteint 0,3% après une baisse de 0,9% au trimestre précédent.

L'investissement a surpris par sa vigueur, notamment dans un contexte où les analystes craignaient qu'il soit le point faible de l'économie cette année. Toutefois, l'incertitude demeure quant à la possibilité de maintenir ce niveau d'investissement tout au long de l'année, étant donné les défis liés à la trésorerie des entreprises et la hausse des taux d'intérêt qui a réduit l'investissement des ménages.

Des défis budgétaires à relever

Par ailleurs, les principaux partenaires commerciaux de l'Europe, tels que l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, montrent également des signes de reprise, ce qui pourrait soutenir davantage l'économie française dans les mois à venir. Cette dynamique positive est également soutenue par une baisse de l'inflation, qui continue de favoriser le pouvoir d'achat des ménages.

Cependant, le gouvernement doit faire face à des défis budgétaires significatifs. Avec un déficit qui a atteint 5,5% du PIB en 2023, loin des 4,9% anticipés, l'exécutif a déjà mis en place des mesures d'économie importantes, validant 10 milliards d'euros de coupes dans les dépenses de l'État pour 2024, et prévoyant de nouvelles réductions. Ces mesures pourraient cependant avoir un impact sur la croissance future si elles ne sont pas gérées prudemment.

« La question est de savoir à partir de quand les mesures budgétaires peuvent avoir des effets sur la croissance », soulève Mathieu Plane de l'OFCE. Si ces initiatives sont nécessaires pour maîtriser le déficit, elles représentent un équilibre délicat entre la nécessité de stimuler l'économie et celle de garantir la soutenabilité des finances publiques.








Un premier trimestre 2024 encourageant pour la croissance française

02/05/2024

Amazon condamné en Italie pour pratiques commerciales déloyales

25/04/2024

La SFAM en liquidation judiciaire : consommateurs et salariés sur le carreau

25/04/2024

Vers un Compte épargne temps universel pour les salariés français

18/04/2024

Crise de croissance chez Tesla

18/04/2024

Défaillances d'entreprises : nouveau record au premier trimestre 2024

11/04/2024

Échec des négociations sur l'emploi des seniors

10/04/2024

Le gouvernement lance l’Ecobalyse, une sorte d’éco-score de l’habillement

04/04/2024
Facebook
Twitter