L'image de la France progresse, malgré les « gilets jaunes »



Jeudi 21 Novembre 2019
Olivier Sancerre

L'attractivité de la France auprès des entreprises étrangères n'a pas trop souffert de la crise des « gilets jaunes ». 8 sociétés sur 10 ont même l'intention d'investir dans les prochaines années.


Les entreprises étrangères prêtes à investir davantage

Le mouvement des « gilets jaunes » a perturbé l'économie française et poussé le gouvernement a multiplier les gestes. Malgré tout, les entreprises étrangères installées en France ont conservé une bonne image du pays : c'est le cas pour 86% d'entre elles, selon un sondage BVA pour Business France, l'agence en charge de la promotion de l'Hexagone à l'étranger. 81% des 200 entreprises interrogées ont l'intention d'investir dans les prochaines années. Autre soutien au gouvernement : 98% estiment que les réformes mises en place par l'exécutif depuis 2017 vont « plutôt dans le bon sens ».

Malgré tout, la crise des « gilets jaunes », qui dure depuis un an, a laissé des traces. 44% des sièges mondiaux estiment en effet que l'image de la France s'est dégradée durant ces douze derniers mois, tandis qu'un tiers pense au contraire qu'elle s'est améliorée. 39% des entreprises interrogées ont reconsidéré leurs investissements dans l'Hexagone. Mais la France affiche des atouts par rapport à ses voisins immédiats.

La France plus attractive que les voisins européens

Ainsi, la productivité horaire du travail a davantage progressé en France (+1,5%) qu'en Allemagne ou qu'au Royaume-Uni (respectivement 0% et 0,5%). Et le coût du travail a moins augmenté dans l'Hexagone : les coûts salariaux unitaires y ont progressé de 0,9%, contre 2,3% au Royaume-Uni et 2,6% en Allemagne. Des arguments qui font mouche auprès des sièges mondiaux.

Le gouvernement peut continuer de compter sur un soutien politique qui lui permet de passer des réformes structurelles, à l'image de celles sur l'assurance chômage et la fonction publique. Si la cote de la France s'est donc plutôt améliorée, notamment en raison de l'affaiblissement de l'économie allemande, il existe encore un mur de « French bashing » à détruire, déplore Pascal Cagni, le président de Business France.




Dans la même rubrique :
< >





Immobilier : une activité dynamique et des hausses des prix qui s'accélèrent en 2019

09/01/2020

Grève : dégrèvement fiscal pour les commerces les plus en difficulté

08/01/2020

Le nombre de particuliers employeurs ne cesse de baisser

02/01/2020

Aéronautique : Airbus loin devant Boeing

02/01/2020

Ruptures conventionnelles : la tendance se stabilise en France

02/01/2020

Deliveroo : la prise de participation d'Amazon inquiète les autorités

30/12/2019

BMW aurait falsifié ses chiffres de ventes

26/12/2019

Revendre les cadeaux de Noël devient une tradition en France

26/12/2019