Produits de la pêche : l’information des consommateurs est trop souvent incomplète



Jeudi 22 Décembre 2022
Anton Kunin

Bien souvent, l’étiquetage du poisson et des fruits de mer pourrait être amélioré, de façon à ce que les consommateurs soient mieux informés quant à la dénomination de l’espèce, la zone de pêche ou la méthode de production ainsi que le traitement subi par le poisson qu’ils achètent, pointe la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).


Dans près de la moitié des cas, l’étiquetage des produits de la pêche s’avère incomplet

Alors que les Français seront nombreux à acheter du saumon ou autre poisson ou fruits de mer pour leur table de Noël, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) publie les résultats de son enquête, réalisée en 2020, sur le secteur des produits de la pêche (près de 900 établissements contrôlés : poissonneries, grandes et moyennes surfaces ou pêcheurs réalisant de la vente en direct, établissements de restauration, vente en ligne …). Il en ressort que près d’un tiers des établissements ne respectent pas ou mal la réglementation concernant la commercialisation des produits de la pêche. Globalement, 26% des établissements présentent au moins une anomalie.

La DGCCRF rappelle que la réglementation en matière d’affichage des produits de la pêche impose de préciser, pour la bonne information du consommateur : la dénomination commerciale de l’espèce, son nom scientifique, les méthodes de production, les zones de pêche ou pays d’élevage, les techniques de pêche, l’origine et le traitement (ajout de sel, d’eau, saumurage et/ou décongélation, etc.) éventuellement subi par le poisson. L’absence de ces indications demeure malheureusement fréquente dans l’étiquetage des produits de la mer mis en vente : le taux d’anomalie relevé approche les 45%. Mais, bonne nouvelle : la DGCCRF note que, le plus généralement, il s’agit d’oubli ou de manque de mise à jour plutôt qu’une intention réelle de tromper les consommateurs.

Des mentions valorisantes souvent apposées de manière injustifiée

Mais il y aussi des fraudes dans le domaine des produits de la pêche. Il s’agit le plus souvent d’allégations trompeuses telles que le détournement de la dénomination commerciale, parfois fantaisiste ou erronée, de la francisation des produits et de l’usurpation de signes de qualité.

L’enquête a aussi constaté l’absence fréquente d’indication du traitement technologique (ajout de sel, d’eau, d’additifs etc.) subi par les produits. (Par exemple, un poisson décongelé saumuré était vendu comme du poisson frais.) De plus, les allégations valorisant les circuits courts ou les produits locaux sont de plus en plus fréquentes, sans forcément pouvoir être justifiées. La DGCCRF a par exemple repéré l’usage injustifié de mentions comme « Saumon Label Rouge » ou « Huitres IGP Marennes-Oléron ».




Dans la même rubrique :
< >





Les taux d’usure augmenteront très légèrement au 1er janvier 2023

29/12/2022

Vers un bénéfice net record pour la SNCF

28/12/2022

Produits de la pêche : l’information des consommateurs est trop souvent incomplète

22/12/2022

Pas de récession en 2023, selon la Banque de France

21/12/2022

La fin de la remise systématique des tickets de caisse repoussée au 1er avril 2022

15/12/2022

L'emploi salarié dans le secteur privé toujours en grande forme

14/12/2022

Nitrites : Yuka gagne pour la première fois contre les charcutiers

08/12/2022

Véhicules d’occasion : nouvelle chute des immatriculations en novembre 2022

01/12/2022