La fonction publique a désormais son accord sur le télétravail



Jeudi 15 Juillet 2021
Anton Kunin

La fonction publique vient de se doter d’un accord-cadre sur le télétravail. Les neuf organisations syndicales du secteur, les employeurs publics et leur ministère ont procédé à sa signature le 13 juillet 2021. Il a été adopté à l’unanimité.


Un accord a minima susceptible de déboucher sur des garanties plus généreuses

Le télétravail dans la fonction publique sera bientôt davantage encadré. Qu’il s’agisse de la fonction publique de l’État, de la fonction publique territoriale ou de la fonction publique hospitalière, un accord-cadre, adopté le 13 juillet 2021, fixe désormais le socle commun minimal de droits. Les employeurs publics doivent ensuite, au 31 décembre 2021 au plus tard, engager les discussions au sein de leurs établissements pour déboucher sur des accords qui soit reprendront les dispositions de l’accord-cadre, soit offriront des garanties plus généreuses. Contrairement à l’accord national interprofessionnel (ANI) sur le télétravail signé dans le privé, « il est contraignant pour les employeurs », tient à souligner le ministère de la Transformation et de la fonction publique.

Dans la fonction publique, la mise en place du télétravail doit désormais s’appuyer sur les principes du volontariat de l’agent, de l’éligibilité des activités (et non du poste) et de la réversibilité. Les fonctionnaires doivent par ailleurs alterner un temps minimal de présence sur site et un temps en télétravail : la durée maximum de télétravail (sauf situations spécifiques) est fixée à 3 jours par semaine. Cette durée peut s’apprécier sur une base mensuelle. S’agissant des situations spécifiques, justement, les proches aidants, les femmes enceintes, les personne âgés ou handicapées peuvent bénéficier d’une durée hebdomadaire plus importante de télétravail.

Le télétravail peut être mis en place de manière immédiate en cas de besoin

La mise en place du télétravail doit, en temps normal, s’anticiper. Mais, de façon exceptionnelle, lorsque les circonstances l’exigent, le télétravail peut être mis en œuvre à la demande des employeurs « sur le fondement des pouvoirs dont ils disposent », prévoit l’accord. Autrement dit, une vague épidémique peut très bien justifier la mise en place immédiate du télétravail. L’accord semble d’ailleurs viser spécifiquement le cas des épidémies de maladies contagieuses puisqu’on peut y lire que cette mise en place non-anticipée du télétravail se justifie lorsqu’elle vise à assurer « tant la continuité du service public que la protection des agents ».

Pour mettre fin au télétravail, tant le fonctionnaire que son employeur peuvent exiger le respect d’un délai de prévenance d’un mois (voire deux mois si la mise en place du télétravail ne prévoyait pas de « période d’adaptation »). Néanmoins, « lorsqu’aucune contrainte organisationnelle ne s’y oppose », l’accord veut que l’employeur autorise l’agent qui demande à reprendre l’intégralité de son temps de travail en présentiel à le faire dans un délai plus court.








Le chèque, le premier moyen de paiement le plus fraudé

07/07/2021

SNCF : la Défenseure des droits alerte sur ces gares qui ne vendent pas de billets

01/07/2021

Les embauches en forte hausse en mai 2021

24/06/2021

Climat : au sein du CAC 40, seule 1 société sur 2 est sur une trajectoire en dessous de 2 ˚C

17/06/2021

1 salarié sur 5 a déjà été victime de discrimination à l’embauche

10/06/2021

La France enregistre un fort rebond de la consommation

10/06/2021

Les drives Casino s’invitent sur Amazon

03/06/2021

Linky : les Français ne paieront pas pour le compteur d'Enedis

03/06/2021