Assurance chômage : fort bond des dépenses de l’Unédic en 2020



Jeudi 22 Octobre 2020
Anton Kunin

Davantage de chômeurs à indemniser, chômage partiel massif… : les dépenses de l’Unédic ont bondi en 2020. D’une année sur l’autre, la hausse est de 32%.


Le chômage partiel, principal responsable de la flambée des comptes de l’Unédic

On devait s’y attendre : la crise économique qui a découlé de l’épidémie de Covid-19 a mis les finances de l’assurance chômage à rude épreuve. En 2020, l’Unédic, l'organisme chargé de la gestion de l'assurance chômage, a vu ses dépenses progresser de 32% par rapport à 2019. Sur l’année 2020, ses dépenses avoisineraient ainsi 54,2 milliards d’euros. Et pour 2021, l’Unédic prévoit qu’elles seront de 48,8 milliards d’euros.

Si les dépenses de l’Unédic ont autant progressé, c’est parce que les réserves de cet organisme ont été fortement sollicitées pour le financement du chômage partiel : il lui en coûtera 8,3 milliards d’euros en année pleine, alors même qu’avant la crise, seul 0,05 milliard d’euros avait été budgété à cette fin. Et en 2021, l’Unédic s’attend à ce que l’indemnisation du chômage partiel lui coûte 3,2 milliards d’euros : c’est beaucoup moins qu’en 2020, mais beaucoup plus qu’avant la crise.

Les recettes de l’Unédic en baisse en 2020

Quant aux indemnisations au titre d’allocations chômage classiques, elles aussi ont fortement progressé en 2020. Leur montant devrait être de 39,1 milliards d’euros en 2020, soit 4,1 milliards d’euros de plus qu’en 2019. Et l’année 2021 devrait être à peine plus facile : l’Unédic prévoit d’y consacrer 38,4 milliards d’euros.

Si la situation financière de l’Unédic est difficile, c’est aussi parce que, crise économique oblige, ses recettes ont fondu. En effet, ce n’est que lorsque des salariés travaillent que l’Unédic touche des recettes sous forme de cotisations chômage (4,05% du salaire brut). Logiquement, lorsque l’activité se réduit (chômage massif « classique » ou chômage partiel), les recettes de l’Unédic chutent. En 2020, elles devraient baisser de 10% pour atteindre 35,5 milliards d’euros. Elles devraient néanmoins progresser à nouveau en 2020 pour s’établir à 39,1 milliards d’euros.








Le chèque, le premier moyen de paiement le plus fraudé

07/07/2021

SNCF : la Défenseure des droits alerte sur ces gares qui ne vendent pas de billets

01/07/2021

Les embauches en forte hausse en mai 2021

24/06/2021

Climat : au sein du CAC 40, seule 1 société sur 2 est sur une trajectoire en dessous de 2 ˚C

17/06/2021

1 salarié sur 5 a déjà été victime de discrimination à l’embauche

10/06/2021

La France enregistre un fort rebond de la consommation

10/06/2021

Les drives Casino s’invitent sur Amazon

03/06/2021

Linky : les Français ne paieront pas pour le compteur d'Enedis

03/06/2021