Une prime pour les fonctionnaires en CDD courts



Lundi 13 Mai 2019
Marie-Eve Wilson-Jamin

Le gouvernement a annoncé vouloir mettre en place la prime aux salariés du secteur public touchant jusqu'à "deux smics" par mois et ayant été en contrat durant "moins d'un an".


Une prime de précarité pour les fonctionnaires en CDD courts

Le gouvernement s'inspire d'un système qui existe déjà dans le privé. L'Etat souhaite ainsi instaurer une prime de précarité aux fonctionnaires en CDD de trois, six ou douze mois qui ne seraient pas renouvelés. Dans les faits, il s'agit d'une prime à hauteur de 10% de l’ancienne rémunération, que le salarié touchera lors de la fin de son contrat. 

L'amendement a été déposé à l’Assemblée nationale lundi 13 mai, alors que le texte sur la réforme de la Fonction publique est examiné par les députés. Mais il y a un hic ! Les syndicats y sont farouchement opposés. Après avoir manifesté et lancé un appel unitaire à la grève, ces derniers devraient continuer à montrer leur opposition aux mesures prises par le gouvernement. Ils appellent notamment : "Plus de fonctionnaires pour plus d'égalité."

200 000 personnes concernées pour un coût 400 000 euros

Mais le gouvernement s'explique : « Nous considérons que cette précarité se mesure sur un an. Donc, les agents contractuels engagés sur des contrats de un an ou de moins d'un an bénéficieront de cette prime de précarité de 10% du montant de leur rémunération, comme dans le secteur privé », a expliqué sur RTL Olivier Dussopt, le secrétaire d'État à la Fonction publique.

Au final, cette prime sur les CDD courts devrait concerner près de 200 000 agents chaque année. Les secteurs les plus touchés seraient les collectivités locales et l’hôpital. Applicable d’ici deux ans, cette mesure est estimée à 400 000 euros de coût pour l’État. En outre, cette prime ne sera pas automatique. RTL détaille les prévisions : un soignant payé 1.500 euros pendant six mois touchera 900 euros de prime à la fin de son contrat. Pour ceux touchant jusqu’à 3.000 euros brut par mois, ils seront admissibles sous condition de ressource. 




Dans la même rubrique :
< >





Hausse de 5% des charges de co-propriété en 2018

24/06/2019

Vacances : en 2019, plus de Français estiment pouvoir se les permettre financièrement

20/06/2019

Concurrence dans le rail : FlixTrain s’intéresse à cinq lignes en France

18/06/2019

Niches fiscales : le gouvernement prévoit un milliard d'économies d'ici 2020

17/06/2019

Rendre l’industrie française compétitive à l’international : le think-tank Rexecode formule des préconisations

13/06/2019

L'agriculture française en perte de vitesse

10/06/2019

Réforme des retraites : un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps ?

10/06/2019

Fusion Fiat-Renault avortée : le gouvernement français est-il responsable ?

10/06/2019