Premiers pas prudents pour l'euro numérique



Jeudi 19 Octobre 2023
Aurélien Delacroix

L'euro numérique, un projet ambitieux de la BCE, suscite déjà des inquiétudes liées à la désinformation et à la surveillance potentielle des citoyens. Alors que la BCE entre dans une phase préparatoire de deux ans pour tester cette nouvelle forme de monnaie, elle doit également combattre les idées fausses et rassurer un public parfois sceptique.


Les obstacles que l'euro numérique doit surmonter

Après deux années d'évaluation, la Banque centrale européenne a lancé la « phase préparatoire » pour l'euro numérique, une étape qui durera également deux ans. L'annonce a été faite par Christine Lagarde, la présidente de la BCE, qui a souligné la nécessité de « préparer notre monnaie pour le futur ». Cette phase a pour but de tester et d'expérimenter le fonctionnement de cette nouvelle forme de monnaie. Cependant, il est important de noter que cette phase préparatoire ne signifie pas une approbation formelle pour l'émission de l'euro numérique. Une décision finale sera prise après l'achèvement du processus législatif de l'Union européenne.

Avant même son lancement, l'euro numérique suscite déjà des craintes parmi le public, alimentées en partie par des campagnes de désinformation. Des voix s'élèvent sur les réseaux sociaux prétendant que l'euro numérique aurait pour objectif de supprimer l'argent liquide et permettre une surveillance accrue des citoyens. En réponse à ces inquiétudes, la BCE insiste sur le fait que l'euro numérique ne vise pas à remplacer les espèces, mais à compléter le système monétaire actuel.

Une alternative gratuite et confidentielle

L'euro numérique est envisagé comme une alternative aux paiements en espèces et aux cartes de crédit, actuellement dominés par des géants comme Visa et Mastercard. « Gratuitement, et qui garantirait le plus haut niveau de confidentialité », a indiqué Christine Lagarde. Ce nouvel outil monétaire est destiné à servir environ 350 millions d'Européens dans leur vie quotidienne. Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a également souligné la volonté de l'institution de lancer un euro numérique parallèlement aux espèces, afin de répondre à la baisse continue de l'utilisation des paiements en liquide.

La BCE s'efforce de dissiper les malentendus tout en avançant prudemment avec son projet ambitieux. Avec la promesse d'une alternative de paiement gratuite et confidentielle, cette initiative a le potentiel de transformer le paysage financier européen, à condition de surmonter les obstacles liés à la désinformation et à l'acceptation publique.








Un premier trimestre 2024 encourageant pour la croissance française

02/05/2024

Amazon condamné en Italie pour pratiques commerciales déloyales

25/04/2024

La SFAM en liquidation judiciaire : consommateurs et salariés sur le carreau

25/04/2024

Vers un Compte épargne temps universel pour les salariés français

18/04/2024

Crise de croissance chez Tesla

18/04/2024

Défaillances d'entreprises : nouveau record au premier trimestre 2024

11/04/2024

Échec des négociations sur l'emploi des seniors

10/04/2024

Le gouvernement lance l’Ecobalyse, une sorte d’éco-score de l’habillement

04/04/2024
Facebook
Twitter