Pollution chimique : les enfants d'abord



Vendredi 22 Juillet 2016
Jean-Baptiste GIRAUD

Une cinquantaine de chercheurs et de médecins américains ont lancé un cri d’alarme début juillet : Ils dénoncent les dangers de la pollution chimique sur le développement psycho-moteur des enfants, et la rendent responsable de nombre de pathologies.


Pollution chimique : les enfants d'abord

Cet appel, signé par une cinquantaine de sommités américaines, représente en fait plusieurs dizaines de milliers de scientifiques, membres de sociétés savantes du monde entier. Il vise à alerter les autorités sanitaires américaines des risques induits par la pollution chimique sur le développement psychique et physique des enfants.
 

Les signataires dénoncent clairement et directement le « risque inacceptablement élevé de développer des troubles neurodéveloppementaux comme l’autisme, le déficit d’attention et l’hyperactivité, des déficiences intellectuelles et d’autres troubles de l’apprentissage ou du comportement », chez les enfants soumis à une pollution chimique omniprésente.
 

Aux États-Unis, un enfant sur dix est diagnostiqué hyper-actif, ou bien souffre de troubles de l’attention. Et un enfant sur soixante-dix souffre d’une forme d’autisme ! Les signataires de l'appel rappellent qu’il y a cinquante ans, aux Etats-Unis, le nombre d’enfants diagnostiqués pour des troubles neuro-comportementaux était de seulement un sur 3000.
 

Parmi les substances chimiques pointées du doigt par les chercheurs, et dont l’utilisation n’est parfois pas du tout régulée, figurent l'organophosphore, les polybromiphényléthers, l'hydrocarbure aromatique polycyclique, le dioxyde d'azote, le plomb, le mercure et le polychlorobiphenyle.
 

Ces substances se trouvent non seulement dans les produits de consommation courante, mais elles se retrouvent ensuite dans notre environnement et recontaminent plantes et animaux, air et eau.
 
 

Si l’Europe est plus stricte que les États-Unis en matière de régulation des substances chimiques, la récente prolongation de l’autorisation de commercialisation du glyphosate, un puissant désherbant, très largement utilisé, pourtant classé cancérogène probable par l'OMS (organisation mondiale de la santé), montre qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour mieux protéger les populations.

 




Dans la même rubrique :
< >





Passage à 80 km/h : pour « 40 millions d’automobilistes », le compte n’y est pas

18/10/2018

Vers la fin du conflit salarial chez Air France

18/10/2018

Taxe d’habitation, retraites… : pour le think-tank Rexecode, le gouvernement aurait tout faux

16/10/2018

SNCF : un concours pour encourager les agents à verbaliser

15/10/2018

Air France : hausse des salaires en vue

08/10/2018

Des gestionnaires privés au secours des petites lignes

06/10/2018

Le taux de chômage devrait diminuer à 8,9% d'ici fin 2018

05/10/2018

Audiovisuel public : une commission parlementaire préconise de nouvelles pistes

04/10/2018